« avril 2007 | Main | avril 2008 »

mars 30, 2008

Comment rejoindre la Piquine

Votre Email: (obligatoire)
Qui rejoindre: (obligatoire)
Votre Message:



mars 27, 2008

Photos - 2008 page deux

Marie Colombe et la troupe de la Piquine




 















Photos - 2008 Une classe d’études acadiennes

 

Marie Colombe Robichaud et les comediens de la Piquine dans la piece “Une classe d’études acadiennes”   Voir Page Deux Ici.

 














 

Marie Colombe Robichaud et les comediens de la Piquine dans la piece “Une classe d’études acadiennes”   Voir Page Deux Ici.

 

mars 23, 2008

Dictionnaire Acadien A - Z


Afin de vous aider dans vos lectures nous avons préparé ce petit lexique de la parlure d'Acadie.

Barre de navigation

A à C  D à F  G à K  L à O  P à S  T à V  W à Z

Dictionnaire Acadien - W à Z

wâgine : du mot anglais wagon, genre de voiture d'autrefois

wailer : frapper avec force et rage

well-off :: à l'aise financièrement

wéyâge : voyage, cargaison

wheel : bicycle

wij’ter : tricher

wirerage : l'ensemble de fils électriques

woisinage : voisinage

yarner : conter des histoires

yarns ou yarner : histoires ou conter des histoires

yelle : elle

yeu' : leur

yinque : seulement

yon : un

yon : un

yoùsque : d’où

yoùsqu'i' : où ils

zeusses : sourcils

zire, zirable : répugnant

zirouse : avoir du dédain

z-'itanies : litanies

Dictionnaire Acadien - T à V

ta' qu'à çâ : tant qu'à ça

tailler : se sauver en grande vitesse

tamarin : tire, bonbon au vinaigre

tambour : chambre où l’on se déchausse en entrant dans une maison

tapée : bande, beaucoup

taps : robinets

tarve : mince

tarzer : être tard

tatchet : petite bloc de bois pour tenir une porte fermée

taweille : indienne

tchâ (d’encens) : mâchée de gomme

tchâ : saleté

tchai : quai

tchain de ces soirs : un de ces soirs

tchaude à la morue : genre de soupe

tchête : quête, collecte à l'église

tcheu coup : beaucoup

tcheu tchon : chaque

tcheue gône : quelle vitesse

tcheues d’poêlouonnes : têtards

tcheuillette : cueillette

tcheul : quel

tcheuques : quelques

tcheuqu'on ou tcheute-zonne : quelqu'un

tchinde : tenir

tchinde à gône : tenir à aller

tchinde école : être enseignant (te)

tchinde : tenir

tchins : tiens

tchinze : quinze

tchinze sous (un) : un vingt-cinq sous

tchoeur : coeur

tchoeur à son ou tchoeur flaq'se : brûlement d'estomac

tchoeureuse : oser, avoir le courage de faire quelque chose

tchu bas de terre : de courte hauteur

tchu coudu : désappointé

tchuillére : cuillère

tchuire : cuire

tchulottes : culottes

ted-ban : peut-être

terrir : arriver

tête de pioche : un qui n’est pas trop intelligent

tetouche : suçon de bébé

tignasse : touffe de cheveux mêlés

timbé, tumbé : tombé

tintamarre : fête ou activité bruyante

tirer la vache : traire la vache

titchette ou sitchette (faire de quoi à la…) : empressé

tôle : tuyau de poêle.

tonde : amadou, herbage sec trouvé dans un nid d’écureuil

tonnes : tiens

torteau : gâteau

trache : du mot anglais trash

train d’grange : travaux d’un fermier, comme traire les vaches et donner à manger aux bétails

train de grange : le travail d'un fermier alentour de sa grange

train ou tronne : bruit

traîne : traîneau

transi : gelé jusqu’aux os

trantchuil : tranquil

traveller (du mot anglais travel) : voyager

treuquer : faire un échange

tritchet : criquet

trompe : petite musique à babines

tronne : bruit

troquer : échanger

trounion : le coeur d'une pomme

trousser : lever, comme ses manches de chemises

trouver son centre : trouver la bonne position pour dormir

tumber du haut mal : être épileptique

un petit filabe : presque

user : se servir

va su' poutche : parle avec de la suite

valdrague : désordre

vâlet : un qui aide

varguer (se) d’rire : rire aux éclats

varrure : addition sur une maison

verdasses : gestes

vert de gris : moisissure

veuze : cornemuse

vieux peau d’sac : vieil homme

vigneau : genre de table dont le fet est fait avec du grillage, pour faire sécher le poisson

vigoureux : vaillant, en bonne santé

virouner : tourner d'un bord et là, de l'autre

vitre d'approche : vitre à grossir, loupe

vives (être badré de ses vives) : avoir une mauvaise réaction avec la nourriture que l’on consomme

vornousser : faire un peu de travail

vouter : ôter

vrichtée : beaucoup

vue courte : myopie

Dictionnaire Acadien - P à S

pagée de bouchure : espace pour mettre des lisses entre deux poteaux

palais : dentier

paparasse : beaucoup de papier, de journaux, etc

pardessus barganne : pardessus tout

parer bel : échapper à un malheur

parler solide : parler constamment

parler sur la grosse dent : parler sérieusement

parmi mêle : en désordre

partie pour, en famille ou elle est pleine : enceinte

pas à force : rare

pas en plein :rare

pas la mer à boire (n’être) : pas beaucoup

pas les cars (n’être) : pas beaucoup

pas manquer les points et les virgules : tout dire, rien omettre

passé en doiture : à travers les parcs

passe-droit : peine

pataclin : beaucoup de choses qui ne sont pas nécessaire

patarasse : beaucoup

patchet : paquet ou dans le sens qu’il y en a beaucoup

patine : patène

patins à monture : patins à deux lames

pavillon : drapeau

penâillons : linge usé

penchune (prononcé à l'anglais) : pension

peppermunes : peppermints

pequer (se pequer la tête) : se frapper

perlache : bicarbonate de soude

pesant : cauchemar

petite bière : liqueur comme Coke, Pepsi, etc

petits guerlots : petites patates

petouse : une qui pleure souvent

petraque : une vieille voiture ou vieille bicycle

peuse : pèse

peuser : peser

peust-effice : bureau de poste

piâller : pleurer

pianquer : pleurer, larmes

piarré : ivre

picot de savage : picot noir sur la peau, d'habitude de naisance

pijounner (se) : se guérir

pilot : beaucoup

pitché : pitié

pitchet : petit poteau de bois

plaqueuse : qui fait des grandeurs

plasteurs : pansements

platchier : platier, endroit plat au bord du rivage

plates-bières : petis fruits

platonne : terrain plat

plonger dans sa chaise : s’endormir

plonne : plein.

plumer les patates : plurer les patates

poêlonne ou poêlle : poêle à frire

pointe : piqûre

pôme : ballon

pômer : travailler ardement sur un projet

pomme (jouer à la pomme) : jouer à la balle

pôquer : pigouiller pour savoir, interroger

poudrayer : pousser par le vent, comme de la neige

pouïne : bruit.

poultice : cataplasme

pou'oir : l'électricité

pouonne: point, pas

pourginée d'enfants : une bande d'enfants

prendre ses cliques et ses claques : prendre ses possessions

prendre son vent : respirer

prendre une turn : faire une attaque de coeur

printemps tchu vonne : printemps qui vient

prom-pron : promenade

puenteur : senteur

qu’ri : quérir, chercher

quarry : carrière d’une mine

quartché : quartier

quasiment : presque

queler, quelont : coller, collont

querver : mourir, crever

quevelle : la mère d’un poulain

qu'ri : quérir, aller chercher

r’leuve : relève

rabâter : essayer avec force

raboteux : cahoteux

radeurser : changer pour le mieux

radou (se donner du radou) : se donner d'la misère

ragnâser : murmurer

ragouillasse : de très peu d’importance

ragouiller : rincer

raguerner : trouver et mettre ensemble

raj'ver : finir, rendre au bout de ses forces

ramâchailles : bruits exprimés qui sont difficiles à comprendre

ramâsse, donner une ramâsse : disputer

rambris : mur

ramsaquer : briser

rance : moisissure

râpage : sorte de râpure, mêt des acadiens

rapistoller : raccomoder de façon grossière

ratafiâ : ensemble d’objets de peu de valeur

râteau d’l’échine : épine dorsale

raveuston : petite chanson

ravigotter : guérir

ravoder : se promener

réchauffoué : le haut du poêle dont la porte se ouvrait pour y mettre des choses à l'intérieur

réciplices : purons

réel’ : réellement

refouler (ain doigt) : repousser au point que ça fait mal

reler : rouler

renflée : gonflée

renions : les reins, les rognons

rentrayer : tricoter le pied d’un bas qui a déjà servi

rêqueute : vacarme, du mot anglais (racket)

Resselight : Témoin de Jéhova

retés, cretés (cheveux) : curlés mais très court

retondir : rebondir

réveinedeur : véranda

revirer sur ses talons : s'en aller ou renvoyer quelqu'un

rhumatiques ou rhoumatises : arthrite

ribouleux : qui a des bosses

ric rac : pas beaucoup

ridelles : bords sur un shorti

Rigouêche : endroit dans le Parc National à Cheticamp

rinque ou yinque : seulement

rionne : rien

roguer : arracher, voler

ronde de cookie’ : un plat de biscuits

ronner : diriger, sous la direction de

roupi au nez : l’eau qui coule du nez

r'tchulon : reculon

rumpusse : beaucoup de bruit et d’activités

s’rein (serein) : humidité dans l’air à la tombée du jour

saganné : en mauvaise condition

sagant : en désordre sur soi-même

saguée, (une porte qui sague) : tombée plus bas qu'elle devrait être

sailit (sailer) : du mot englais “sail”, naviguer

s'amariner : s'ajuster à la température de l’eau

sa'oir, du sa'oir : de l'éducation

s'apimper : se mettre faraud

s'apiquer: se donner de l'élan

saponne : sapin

saquer : dégager, congédier

savages : sauvages

savannes ou mêmetchais : marécages

savattes : souliers

scarabow : violente dispute

screen : moustiquaire

se faire arranger la tête : se faire coiffer

se faire du jour au lendemain : se faire très vite

se laisser érlingué : se laisser gagner

se larguer : se faire glisser

se lever haute heure : se lever tard

se radeurser : se corriger

se sentir flâtre : ne pas se sentir bien

semon : du mot anglais summon

semon : saumon

sentir l’andjille sous la roche : se dit quand une femme est enceinte

séyont : soient

s'harienter : se préparer, s’habiller

shéquait (shéquer) : de l’anglais (to shake), trembler

shorti : boîte pour une charrette

si fait : bien oui

simégré : cérémonie

siné : signé

slaquer : ralentir

slinguer : frapper

sodjére : boîte à lunch

soigner des enfants : prendre soin des enfants

sonde : stéthoscope

sorcière de vent : brise de vent

sormant : sûrement

sortir avec torton et torteau : sortir n'importe qui

soubertchet : soubriquet

souèfe : soif

souliers de maison : pantouffles

soum’nir : souvenir

soupe à toutes sortes de choses : soupe aux légumes

souper des rices : bon souper

soutchenant : qui soutient

soutchinde : soutenir

soute : habit

soutte (suit) : habit

spats : parties d'une chaussure (en feutre) qui se porte sur la cheville et qui s'attache avec deux ou trois boutons sur le côté

split : grand manteau avec une ouverture en arrière

stéchune (du mot anglais station) : poste de radio ou de télévision ou de train

sticline : embarras

stime : steamboat

stylish : qui aime les grandeurs

su' la gône : occupé

su’ : sud

su’ : sur

subler : siffler

suête : gros vent du sud-est

suquerier : sucrier

su’ la gône : être très occupé

Dictionnaire Acadien - L à O

la drive : amener les billots dans les lacs jusqu'au moulin

la mère : le placenta

la 'monia : la pneumonie

laisse peter le r'nard : laisse faire, inquiète-toi pas

Lampe de stime : lampe de steamboat

laponne : lapin

Larigune : petites chaussures faites en cuire tanné

latonne : latin

lâvoué : planche à laver le linge

le pesant : un cauchemarre.

le pou'oir : l'électricité

lébeul : étiquette sur quelque chose ( du mot anglais label)

lentes : oeufs de poux

les Chantres : la chorale de l'église

les Mines : Sydney Mines

lever les pattes : mourir

libêche : grande femme

licriche : licorice

litcheur : liqueur

locté ou délocté : barré ou débarré

logis : demeure, maison

long comme sept manches de hache : personne très haute

longi : lent

longi comme de la mélasse en hiver : très lent

lotchet : loquet.

lotte (ain) : beaucoup

louonne : loin

louter ou vouter : ôter

lumelle : lame

machcoui : écorce d'un arbre

maganné : en mauvais état

maigrir à vue d'oeil : on s'aperçoit qu'il perd du poid

maladie crachante ou consomption : genre de tuberculose

malaisé à haquer : dur à accepter

malcadâvre, malcadâcre : faible de santé

mamme : maman

manger à ventre déboutounné : être gourmand

manigots : petits morceaux de laine brochés qu’on porte aux poignets

marabou : mécontent

marchepied : perron

marloune : chaussures en peau de bête, utilisées avec des raquettes

marottes : bosses

mâroune : gênée

marquer son âge : montrer son âge par son apparence

mâssette : jeune, pas rendu à l'âge adulte encore

matcher : aller bien avec

matinal : se lever de bonne heure

mattrasse : matelas

médalles : médailles

mégaillére : ouverture sur le côté d'une robe

mèlange : mélange

mêmetchais : marécages

mequoux : moqueur

mêt étouffé : mêt cuit avec de l'eau et des assaisonnements.

métché : moitié ou métier

mettre de l'argent d'ain bord : se sauver de l'argent

mettre la puce à l'oreille : avertir

mettre le bon sens c'qu'il est : se faire de la raison

mettre le haut là : insister

meusse : veau

meut’lons : bosses

meutlé : mêlé

meutlé, (du linge meutlé) : plein de duvet

micanique : machine à coudre

miroué ou mirouwé : mirroir

mitan : milieu

m'nu : venu

moêllement : beaucoup

moitché : moitié

moïyac : imbécile

monnes : mains

montains : montagnes

morue en cabane : comme cuite aux cabanes de pêcheurs

mouchoué : mouchoir

mulâtre : quelqu’un qui a la peau foncée comme un Indien

mutt à rire : rire incontrôlable

na' : non

naulet : biscuit, bonhomme gingembre

navau ou chou-rave : navet

n'avoir pas ain oeil de mal : n'avoir pas mal du tout

négoce : vie de débauche

n'être pas bien d'la tête : un peu mental

n'être pas les chars : n'avoir pas trop de valeur

neu' : nouveau

néyer : frissonner

niques : nids

nombrie ou l'embourrie : nombril

nonglés : gelés

nôque : noeud

nouasses : gros morceaux de bois, avec des noeuds

oeil de mal (pas un) : pas mal du tout

oeils de bouc : pattes sous le soleil

'oile : voile

'oir si quoi : bien sûr

'ois : vois

'oisins : voisins

oisonnes : voisins

or'gnées : araignées

orniers : araignées

otchupé : occupé

oubliettes : oublies

ouêtrer : prendre un somme

ouintrer : se coucher pour un peu de temps

ouvrage de maison : le travail dans la maison

'oyâge : voyage ou une cargaison

Dictionnaire Acadien - G à K

 

gabâreux : un qui traîne les chemins

gabarrie : chose qui encombre

gadeller : blasphèmer

gadelles : jurements

gaffer : attraper

galère : prison

gargoton : gosier

gârlaise : mesquine

garrocher : tirer

gâzette : journal

giganne : l'estomac

gilet : manteau

glas : cloches d'église

gôbiller : marcher comme une personne ivre

godiller : marcher avec jambes tremblantes

gornier ou guernier : grenier

goule : bouche

gournée de vent : une brise de vent très forte

gousses ou cosses : fêverolles

grabots de neige : flocons de neige

grâller la couanne : se chauffer près du poêle

grand bidet : grand fainéant

grand lingard : grand fainéant

grand monde : adulte

gras à lard : grassette

gribouiller : gâter

grich’-pette : de mauvais humeur

grogué : enivré

grosse opération : hystérectomie

grous, grousse : gros, grosse

guenilles : linges à nettoyer ou vieux habits

guenion : linge à nettoyer

guère : regarde

guerziller : trembler, donner des frissons

guesse : façon pour un homme à se peigner sur le côté

gwâna : engrais

gwémond : alques marines

habillé jusque dans les dents : être bien habillé

hache à la merue : patates fricassées avec de la morue

h'ai : j'ai

haler ses cans : se dépêcher

hamais : jamais

happe : jappe, parle fort

haquer : endurer

hardes : linge, vêtements

hardi : qui n'a pas peur de rien

harésies : hérésies, des histoires de grand-mère

hariâ : embarras

hartchéres : élastiques pour tenir des bas

hatchette : manteau

hatchiner : travailler fort sur quelque chose

hâvrer : arriver

hâyons : habits réduits en guenilles

hétérectomie : hystérectomie

heu've vas : je vais

hivarner : passer l’hiver

hives : maladie de chevaux

hoffleux : amant

hour : jour

hournée : journée

housse : maison

hument : jument, femelle du cheval

huste : juste

icette ou icitte : ici

il a du naturel : il tient des bonnes relations avec sa famille

il en n'a pas une demi-can : il n'est pas en bonne santé

il est mangeable : il est de toute beauté

il faut que je prenne sur moi : il faut que je m'encourage

il l'a paré bel : il a échappé à une malchance

il n'a pas l'air sur son assiette : il n'est pas de bonne humeur

il n'y en a pas à force : pas beaucoup

il n'y en a pas en plein : pas beaucoup

il n'y en a point les cars : il y en a pas beaucoup

il y en a en beauté : il y en a beaucoup

inflammentions : inflammations

inscrabe : chétif, très actif

itou : aussi, également

j’chai : je sais

j’chavais : je savais

j’uille : cheville

jambu : qui a des grandes jambes

j'avais dessein : j'avais l’intention

j'chai : je sais

j'chus : je suis.

jeliment : beaucoup

jequeter (dentier ou soulier) : le dentier ou les pieds bougent parce que la bouche ou les souliers sont trop grands

Johny à Marc : bottes en caoutchou

joual ou j'val : cheval

jouer à la pomme : jouer à la balle

journals : journeaux

j'vals : chevaux

j'veux de naissance : cheveux frisés dès la naissance

j'weux ou j'veux : cheveux

kèque : gâteau

kice : signe de la main

kiss-curls : façon de tourner les cheveux en curles

Dictionnaire Acadien - D à F

d’monne : demain

dampis ou depis : depuis

débauche : journée de vent et les pêcheurs ne vont pas à la pêche

débouler : tomber

dédjiser : déguiser

défrutch'ter : défricher

dégarpiller : s’en aller à toute vitesse

dégonder : se sauver en grande vitesse

dégringoler : partir à toute vitesse

dégrucher : faire descendre

déguerpir : se sauver en grande vitesse

dekse : pupitre

dépenser mer et monde : gaspiller

dergret : du regret

désébler : rendre inpuissant (to disable)

déterrer sa mère : ressembler à sa mère

deurbu : rude

deuvers : contraire

dévaler : descendre

dézares : desserts

dgeule : bouche

direction : recette

ditchet : petite chambre de débarras

djarte : alerte

djâte (pas l'djâte) : pas beaucoup

djâte : diable

djâte de mieux : guère meilleur

djêpes : guêpes

djére : guère

djerre : guerre

djett’ra : attendra

djeu : Dieu

djindeau : cabestan

docteur : médecin

dollé-up : bien habillé

donner une ramasse : disputer

dorsoué : armoire à vaisselle

douêté : habile

douillette : se fait peur facilement

dounner une try : essayer

dragées : bonbons

drâiller : dessiner

drapeaux : couches

drâses : sous-vêtements de femmes

drès : aussitôt

drive : (prononcé en anglais), la descente de billots dans les lacs et les rivières

drouette : droite

drudge : du mot anglais « dredge », machine à creuser un chenal

du lon : près

du ron : près de

dumet: duvet

dur au mal : qui peut endurer beaucoup de douleurs

d'valer ou dévaler : descendre

d'vant d'porte : gazon

d'vanteau : tablier

éballé : tout brisé

ébaroui : avoir très soif

échalots (ridelles) : pieux pour contenir un chargement

échancrée (une robe) : ouverte en avant, décolletée

écharpe : écharde de bois qui se glisse sous la peau

échev'lé : les cheveux en désordre

écopeaux : petits morceaux de bois

écrapoutir : écraser

éfaisures (défaisures) : d'la laine provenant de vieux chandails et réduite en petits morceaux pour bourrer des oreillers

effouairé : applati

égail : rosée

égermouner : enlever les germons sur les patates

égouine : petite scie à main

ej'chons : nous sommes

élan : bout de temps

éleuve : enfant élevé par une autre famille

élinguer : jeter par terre

éloize : éclaire

émarmellée (être) : avoir mal partout

embelzir : devenir plus belle

emborver : imbiber

embourbé : pris, pas capable de s'en sortir

embourrie : nombril

émoyer (s’) : s’informer

empléyer : dépenser

emprès (l'hiver d'emprès) : après

en mettre (t'en mets) : exagérer, tu exagères

en venir à bout : réussir

encens : gomme

enfarger : entremêler dans quelque chose

engruchée : perchée en l’air

enrayer : prévoir

enroué : enrhumé

entchômeux : un qui tire des mauvais sorts

enteurtchinde : entretenir

entourage : mur

envarguer son capot : mettre son manteau

envigné : creux dans ça qu'on croit

épârit, épârer : étendre

épivarder : se faire belle avec poudre, rouge à lèvre, etc

ergriché : les cheveux en l'air, par-ci par-là

escalette : squelette

escârer dans la place : tomber sur le plancher

escoupe : soucoupe

escousse : courte durée de temps

escrampe : affligé

eseau : oiseau

espelle : un bout de temps

essapée : baissée

estécrable : inscrable, intrépide

estoumâ’ : buste

estoumaquée : se sentir malade dans l’estomac

étanche : à l’épreuve de l’eau

étchipelant : cela se compare à

étchureau : écureuil

être chaud : être enragé

être dans mes souliers : être à ma place

être dans son plein : être content

être en balan : ne pas savoir quoi faire

être en bière : être enivré

être en état de grâces : en bonne relation avec Dieu

être mourant (être comique) : être comique à en faire mourir

être partie pour : être enceinte

être rosse : n'avoir plus faim

être struck sur quelqu'un : être en amour avec

être vendu : être surpris, boulversé

évargondé : effronté

éventer : sentir

éyoù ou yoùsque : où

failli : mauvais, pas bon

faire beau du haut du ciel : le temps est clair

faire de la beude : engraisser

faire de la blague : exagérer, grossir les histoires

faire de quoi de tchurieux : réussir dans la vie

faire dur : ne pas faire de bon sens

fait er’gricher sa robe : fait lever

fantaq'se : vaniteux

faraud : vaniteux

farbanât : pli fait pour raccourcir un vêtement trop long

farineuses (patates…) : après que les patates sont cuites, elles se défont facilement et la pelure s'enlève presque toute seule

fatique : fatigue

fayots : fèves

feller (anglais) : amoureux

féniant : paresseux

ferdillouse ou frillouse : avoir froid

feurdoches : brousailles

feurter : fouiller

feusser : frapper

fi fin fond : aussi loin que possible

filer : du mot anglais feel, se sentir

fiolles : menteries

fireteam : brigade de feu

flagossant : grouillant, répugnant

flâller : frapper

flambant : tout à fait

fleau (battre au) : battre la paille ou les fèves pour enlever la coquille

flomber : voler, tromper

Flu : cheminée

fonne : faim

fonne : fin

forbir : laver le plancher

fordeuches : petits arbustes

Formage : fromage

formilles : fournies

forneau : four

fouairouse : qui pleure facilement

fouilleux : mal autour des ongles

fouings : envies incontrôlées

fouonne : foin

fourneau : four

fournée : ça que le four peut tenir

fourniture : meubles

frette : froid

frigouiller : faire quelque chose

frigousser : faire quelque chose de banal

fringalle : grosse faim

fringer : courir

frousse : peur mortelle

Dictionnaire Acadien - A à C

‘oir : voir ou donc, comme « conte-moi donc »

à brasse-corps : autour du corps, à la ceinture

à double mitraille : beaucoup

à jeuve (j'avons…) : nous venons de

à la dés-à-main : hors de la portée de la main

à la fleur de l’âge : très jeune

à liège (camion qui retourne à liège) : qui retourne vide

à plu-don, à pri-donc : si seulement

à poil : à cheval

à r'neu' : de nouveau

à tantôt : quelque temps passé (au lieu de : tout à l’heure)

a’oine : avoine

abimer : briser

aboute : fatigué

abrique : abri

accro’ : déchirure dans un vêtement

achiné : attaché à une personne à cause qu'on l'aime

adjuille : aiguille

affargeant : embarrassant

affront : offense

aïder :aider

aidjuille : aiguille

ain : un

ain hotchet : un bout de temps

ain lotte : beaucoup

ain p'tit filabe : presque

ajeuter ou aj'ter : acheter

ajouteux : se moquer des autres

alan (un petit alan) : de courte durée

aller sur une « go » : prendre une sortie

alouer : permettre

amâneusse : parlement avec gestes des mains

amariner : mettre en conserves

amariner : se mouiller en embarquant dans l’eau

amaritchonnes : américains

amingler : faire soumettre

amitché : amitié

amounetter : enjôler, attirer

amourâcher : tomber en amour avec

ampoule : poule d'eau

Anguelterre : Angleterre

anticri : faux Dieu

ao’ (d) : août, le mois d’août

aoindre : sortir

aoindre : sortir

apimpé : maquillé et bien habillé

appent : addition à une grange

appointir : éguiser

'apport : rapport

arbours : à rebours

arganneau : genre d'anneau attaché à une porte

aroplane : avion

arr : air

arracher la parole : enpêcher de parler

arrêter de ses frais : arrêter de soi-même

arrêtes : os de poisson

arrime (ç'a pas d'arrime) : ça ne fait pas de bon sens

arrime : allure, bon sens

arriver à la grand’ race : arriver très vite

arriver comme un j'veux su' la soupe : arriver sans s'annoncer

arrumer : arranger, réparer

assire : asseoir

asteur : à cette heure, maintenant

atcheurant : écoeurant

atchuser : accuser

attirail : chose

au dur : constipé

au ras : près

aussite : aussi

autchain : aucun

av’nant : plaisant

avancer su’ la lune d’ain pette : être lent

avisse : vis

avoir des p'tites oreilles : écouter en cachette

avoir des vents : avoir des reflexes gazeux

avoir dessein : avoir l'intention

avoir d'la tête : être intelligent

avoir du champ à courir : avoir du chemin à faire

avoir du pain sur la planche : avoir un tas de choses à faire

avoir du reste (ils ont ban du reste à rester) : ils pourraient

avoir la guerlu : ne pas se sentir bien

avoir le tchoeur : oser

avoir les p'tites bêtes aux doigts : avoir froid aux mains

avoir un bouchon dans la gorge

avoir un coup dans l'oeil : en avoir bu

avoir une tête sur les épaules : être intelligent

babines : lèvres

badgeuler : disputer

bagouler : parler, converser

bailler ou bayer : donner

balaffe : coupure

balance (une) : instrument pour prendre le poids

balusse : balustrade

baranquer : conter des histoires

bardotter, bardoser ou bardôcher : mettre des bardeaux

barganne : du mot anglais « bargain »

barrer la goule (ça me barre la goule…) : ça m'enpêche de parler

bassonne : bassin

bastrique : grosse machine pour travailler sur les chemins

bavasser : disputer

bayer ou bailler : donner

bazannée(d’la bazanne) : taches de rousseur

bedeau : un qui travaille à l'église

bénaise : fier, content

besounne : besogne

besouonne : besoin

bessounne : jumelle

betchilles : béquilles

bétôt : bientôt

beudjaits : contenants

beulvets : bleuets

beuq’se : du mot anglais « box »

beurdasser : gaspiller

beurdasser : gaspiller son temps ou son argent

beurgot : klaxon

beurlocser : embêter

beurtelles : bretelles

beurvecherie : boire à l'excès

beuxe : du mot anglais box, une boîte pour une charrette

beuzoune : business, besogne

bibi : bébé

bidoux (coûter des bidoux) : très cher

billes (billes de dix) : monnaie en papier

billette : habillette, travail qu’on est fier de faire

biqu’lé : fixé

blague (d'la blague) : des mentries

blêmezir : devenir blême

boire comme une tanche : boire beaucoup

bôle : tasse

bollée : tasse

bône : engrais

botter : frapper

bottes : bateaux

boucanne : fumée

bouchure : clôture

bouci-boula : tout est mêlé

bouderier ou gouémon : alque marine

bougrer : mettre

bougresse : enfant détestable

bouquer : bouder

bourasse : quand le vent pousse la neige et qu'on ne voit pas devant soi

bournes : cages à homards

boute à lits : chambre à lits

boutons de prusse ou beurlicocos : cônes d'épinette

brâiller : pleurer

braquer : commencer

brijtée : un peu

brisants : vagues

brosse, (être sur une brosse) : boire constamment pour des semaines à la fois

brothcloth : du mot anglais « broadcloth », genre de tissu

brouillant : agité

brumement : cri très fort

butonne : linge, chose ou matériel de construction

c’est pas ç’n’a ‘té : c’est pas comme c’était

ça boucane sous les beurtelles : la personne est fâchée

ça lui adoune : ça lui va

ça peut s'app'ler : c'est sûr

ça sent l'andjille sous la roche : signe qu'elle est enceinte

caboroua : voiture à cheval

cache de lettre : enveloppe

caller : téléphoner

camp (prononcé anglais) : chalet

campe : chalet rudimentaire

canal : fossé

canitchuls : caniculs, saison d'été pendant laquelle l'eau est malsaine

canneçons : sous-vêtements d'homme

capot : manteau

caquiches : dents d'enfants

carape (en) : ivre

cargué : installé confortablement

caripousse : calotte attachée à un manteau (hood)

cartchuler : calculer

çartonne : certain

casseau : petit contenant

casser un cent en deux : épargner à l'excès pour sauver

cassevelle : facile à casser

catonne ou catin : poupée

caveau : trou creusé dans une petite butte pour garder des légumes

cayutte : maison en désorfre et parfois pauvre

c'est ain beau jeu : c'est un plaisir

c'est pas les chars : ça n'a pas trop de valeur ou d'importance

ch’nal : passage pour la navigation

ch’nèves : petits fruits

chacoter : tailler un morceau de bois avec un couteau

chaffraille : va-et-vient

chamailler : se disputer

change de dessous : sous-vêtement d'homme

changetter : changer souvent d'une chose à l'autre

chantant-meurant : Happy go lucky

chanter un catéchime : disputer

chaquelat : chocolat

charougne : charogne, corps de bête morte

chârrier : emporter

châssis : fenêtres

châssis-doubles : doubles-fenêtres

chat d'adjuille : trou d'une aiguille

chaud coumme la botte : ivre

chaux (d'la chaux) : poudre blanche mêlée avec de l'eau pour faire de la peinture

chaviré d'la tête : malade mental

chavirer : renverser

chavirer : tomber à la renverse

chebâyer : chasser

checher : sécher

chesser : sécher

chevreux : chevreuil

cheyére : chaudière

chiârre : ragoût de patates

chicaben : petit fruit qui ressemblait à une patate

chier dans l’nique : mourir

chioué ou chiwé : toilette dehors ou toilette d’empremier

ch'monne : chemin

cholèra, corps changé ou court de ventre : diarrhée

chôme : fet (de ciboulettes)

chou-rave : navet

chousse : reste d’un tronc d’arbre

chu nous ou che nous : chez nous

çi fa’ : bien sûr

ciboulettes : oignon vert

cimetchiére : cimetière

cirouanne : sparadrap médicinal

clayon : petite barrière à l'intérieur d'une clôture

click d'enfants : beaucoup d'enfants

clique : bande

closette : toilette dehors

cobin : combien

coco : la tête

cocorlique : individu bizarre

coffre : cercueil

companie : compagnie

comptois : comptoir

cône : cornet

contchonne : continue

corderon : moulure

'cordine : accordéon.

corniche : petite étagère

corps : blouse

corvé : crevé

cosses : haricots

cotchille : coquille

cotchiner : tricher aux cartes

cotte : jupe ou sous-vêtement de femmes

coucouguèche : hibou

cougner des pitchets : s'endormir

couillon : trompeur

couline : un endroit de reste à laver sur le plancher

couper la brume avec un couteau : quand la brume est épaisse

courir la pourtantaine : courir les chemins

couvarture : toit

crachat : salive

crachouére : bol placé par terre pour que les vieux crachent dedans

crâlée d'enfants : bande d'enfants.

créqueurs : petites galettes

creucheter par le mal : pris par le mal

crichemanaire : bruit

crier : pleurer

cruchon : bocal

c'teuzes : celles

c'teuzes-là : celles-là

cul-târ : goudron

cuppée : tasse

Dictionnaire Acadien

Afin de vous aider dans vos lectures nous avons préparé ce petit lexique de la parlure d'Acadie.

Barre de navigation

A à C  D à F  G à K  L à O  P à S  T à V  W à Z


L'arrivée des Robichaud en Acadie

 

L'arrivée des Robichaud en Acadie

et L'historique de l'entreprise familale U.J. Robichaud et Fils Ltée

 également disponible en anglais - also available in English

 En vente ici... 

 

 

 

 

 

Extrait du livre "L'arrivée des Robichaud en Acadie et L'historique de l'entreprise familale U.J. Robichaud et Fils Ltée"

Deuxième partie
Chapitre 1- Jean-Pierre, le fondateur du moulin

Longeant les côtes pittoresques de la Baie Sainte-Marie, en Nouvelle-Écosse, se trouvent le village de Meteghan et celui du Centre-de-Meteghan. C’est dans ces villages qu’ont oeuvré les fameux Robichaud, ancêtres de tous les Robichaud de Clare.

 Si l’année 1867 a été marquée par la création de notre pays, le Canada, cette même année a aussi vu la naissance d’une entreprise qui porte aujourd’hui le nom de U.J. Robichaud et Fils Ltée. Cette industrie de bois, de moulin et de charpente fut fondée par ce grand renommé, Jean-Pierre Robichaud. Celui-ci, né à Meteghan le 26 juin 1831, fils de François Robichaud et de Monique Melanson, ne faisait que continuer le travail que ses ancêtres avaient fait en tant que fondateurs du village de Meteghan en 1785.

 En 1867, Jean-Pierre (John P. Robicheau) avait déjà établi sa ferme et son moulin à scier du côté du bois au Centre-de-Meteghan. Le Lowell’s Canadian Dominion Directory de 1871 le place tout de même, avec biens d’autres, comme un fermier. Au Régistre de Ventes à Weymouth, j’ai trouvé les copies qui nous indiquent que Jean-Pierre avait acheté sa terre et sa maison en 1855 d’un monsieur Gabriel Melanson. Comme vous pouvez le constater sur la carte ci-incluse, les terres appartenant à Jean-Pierre s’enlignaient avec celles de Rosalie Muff, soeur de Gabriel Melanson.

Volume Deux

100 Petites Histoires du Passé,

pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 2

 

En vente ici... 

 

 

 

 

 

Extrait du livre "100 Petites Histoires du Passé, pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 2"

Ch 17 Les coffres de mort

Cazimir : I’timbe tcheuques grabots d’neige. J’esparance qu’i’ f’ra pas trop laid bétôt pour aller veiller la vieille Françoise à p’tit Jean. Les enfants, z-eux, i’ y avont ‘té à la recess dire tcheutes "Notre Pére", avec la Soeur Marie-Olive des Anges. Alle a eu beau dans son temps, c’te vieille Françoise-là. My God, quand qu’a’ pouvait s’déhâler su’ " Pig and Whistle ", a’ manquait point sa chance. Alle avait l’djâble au corps, coumme qu’i’ disont.

Zabeth : Parle pas d’la vieille Françoise de même, Cazimir. On devrait pas parler des morts après qu’i’ sont morts.

Cazimir : Naon, parce qu’alle est p’t-être point morte. Tu prendras coumme la femme à Jean-Pierre Robichaud, yelle, i’ disont qu’il’ l’avont gardée 18 jours su’ son sueur. Il’ étiont point sûrs si alle était morte ou point.

Zabeth : Tchi c’qui t’a conté ain histoire d’la pareille ? Si alle était morte, pourquoi c’qu’il’ l’entarriont pas ?

Cazimir : Bin, as-tu hamais a’tendu c’t’histoire-là avant ? C’te Marguerite-icitte était dans tcheuque sorte de coma pis il’ la gardirent ain grand bout d’temps dans la chambre la plusse frette du logis. C’est supposé que l’restant d’la famille voulait pas farre m’nir le docteur à la maison parce que lui, c’était ain Protestant.

Zabeth : Ça me r’ssemble que ça yeu’ z-avait pris longtemps à s’décider si alle était vraiment morte.

Cazimir : Bin, les Soeurs du couvent veniont avec ain miroué pis quand qu’i’ y mettiont d’vant la face, ça faisait coumme d’la sueur su’ l’miroué. Le miroué v’nait toute ersuagé pis là, i’ disiont qu’y avait encore ain p’tit brin d’vie dans yelle.

Zabeth : J’te gagerai qu’c’était à cause qu’il’ emportiont c’te miroué-là au frette, c’te suagerie-là. Il’ avont-i’ fini par l’entarrer c’te pauvre femme-là ?

Cazimir : Bin ouai, après 18 hours, le prêtre la prononçit morte pis là, i’ la mirent dans ain coffre qu’était fabriqué au moulonne à Élisée.

Zabeth : Ah ouai, h’ai a’tendu dire que su’ Élisée faisiont des coffres de morts, longtemps passé. Pis c’ti-là qu’avait sarvi pour Marguerite, ça fut l’darnier.

Cazimir : C’est huste çâ. Pis il’ l’avont sauvé, c’te coffre-là. Il’ est en tcheutes parts dans l’fet du moulonne. ‘Ois-tu, Marguerite avait ‘té mis dans c’te coffre-là pis son gâ’ Jean s’en m’nit des États pis i’ trouvait pas que çâ c’était bon assez pour sa mére. Ça fait, i’ furent en aj’ter ain autre à Meteghan, plusse cher et rembourré avec d’la belle soie.

Zabeth : J’peux m’imaginer que l’monde a’rait arrêté d’aj’ter les coffres à su’ Élisée s’i’ pouviont en a’oir des plus beaux de Meteghan. I’ voulont tourjou’ çâ qu’y a de meilleur. Tcheue sorte de coffre que Françoise va bin a’oir, yelle ? C’est pas la plusse riche du village.

Cazimir : Le temps qu’tu t’greyes, j’vas aller m’qu’ri tcheuques morceaux d’allumettes pour coummencer mon feu d’main matonne. Ça m’chagrine de grouiller la chatte. Alle est assez bien nigée dans la boîte à bois.

Zabeth : Oblie point d’sorti’ ta grosse gobarge salée. Faut qu’t’enmeunes çâ au bois d’main pour les loggueux. C’tés corps-là, ça peut manger.

NOTEZ : Cette histoire a été choisie parce qu'elle se rapporte à la famille Robichaud.  Marguerite, la femme de Jean-Pierre, a vraiment été mise dans un cercueil et plutard transférée dans un "coffre de mort" de meilleure qualité.  Le premier cercueil en question a été préservé depuis 1912 et vous pouvez encore la voir aujourd'hui chez U.J. Robichaud.

 

Volume Un

Volume Un

 100 Petites Histoires du Passé,

pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 1

également disponible en anglais - also available in English

 

 

En vente ici... 

 

 

 

Extrait du livre "100 Petites Histoires du Passé, pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 1"

Ch. 27 Le voleur de mélasse

Cazimir : Zabeth, as-tu su la darniére nouvelle? Ou j'devrais dire, la plusse neuve?

 Zabeth : Moi, ej'traîne point dans les ch'monnes coumme toi pis ej'chai point tout c'qu'i' s'passe dans l'woisinage. Les nouvelles que j'chai sont toutes pas mal vieilles. Vous autres, vous pouvez flâner et tchinde à la shoppe su' Élisée à Jean-Pierre. Y en a qui sont là à tous les jours que l'bon Djeu ameune, à radoter et à parler des autres. C'tés gossipeux-là allont yuser l'banc qu'i' s'assisont d'ssus. I' dounont point chance à la poussiére à s'ramasser su' c'te banc-là bin sûr. Bin, vas-tu m'dire quoi c'que t'as su?

 Cazimir : Bin, j'djettais que t'en finissis avec tes lamentâtions. Ouai, bin c'est Élisée lui-même qui contait qu'depis ain boute d'temps, i' s'méfiait qu'y avait tcheut-zonne qui y velait d'la m’lasse. À tous les lundi matonnes, i' s'aparcevait qu'son baril d'm'lasse avait baissé.

 Zabeth : I' s'aparcevait qu'sa m'lasse baissait? Pis quoi c'qu'il a fait à l'égard de çâ?

 Cazimir : Bin, la nuit passée, i' s'a caché sous son comptoué pis i' djettait pour le voleur. Coumme de faite, vers les mainuits, le voleur a r'soudu. I' l'a laissé prendre d'la m'lasse à sa fontaisie pis là, i' y a dounné ain coup d'pitchet su' la tête. Il a manqué d'l'assoumer.

 Zabeth : Ah mon Djeu, quoi c'qu'il a fait ensuite?

 Cazimir : Élisée était gréyé pour le voleur. Il avait ain câble pis i' l'a amarré coumme i' faut, les monnes et les pieds, pis là, il a 'té réveiller les woisins pour d'l'aïde. D'ain clin d'oeil, il' aviont l'voleur dans une charrette à boeu' pis i' t'avont amené çâ su' les cops.

 Zabeth : Quoi c'que les cops faisont d'ain cas d'même?

 Cazimir : I' l'avont j'té en prison. C'est çâ qu'il' avont fait, j’té dans la prison au P'tit-Russeau. Pour combin longtemps? J'en ai autchune idée…

 Zabeth : Bin 'ois-tu, les lois sont sévares. Élisée, c'est ain houmme de bon tchoeur. À la place de veler, si c'te moïyac-là y avait d'mandé pour d'la m'lasse, ej'chus sûre qu’Élisée y en a'rait dounnée. Tu prends point l'butonne de l'autre sans sa parmission, ni en cachette non plus.

Cazimir : Élisée à Jean-Pierre, il a une famille à él'ver, pis des comptes à payer. I' peut point tout l'temps dounner son butonne pour rionne.

 Zabeth : Bin c'était toute qu'une nouvelle que t'avais à matonne. V'-tu a'tendre la mienne asteur? Zabine est pleine pis a' veut s'marier avec ain gâ' du Cap-Berton, là.

Cazimir : Bin Zabeth, ç'arrive dans les meilleures familles. H'en r'parl'rons. Laisse-moi dormi' dessus d'soir. I' disont qu'la nuit porte conseil.

NOTEZ : On a cru bon mettre cette histoire car il s'agit de Élisée Robichaud lui-même et du voleur de mélasse dans son magasin.  Et oui, Élisée avait attrapé le voleur durant la nuit et l'avait présenté aux autorités les mains et les pieds liés.

 

Volume Trois

 

Volume Un

100 Petites Histoires du Passé,

pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 3

 

 

 En vente ici... 

 

 

 

 

Extrait du livre "100 Petites Histoires du Passé, pour conserver notre langue et notre culture acadienne, volume 3"

Ch. 7 - Le feu de 1820

 

Zabeth : J’chai pas si c’est vrai mais i’ disont que pour des noces, si tu veux point qu’i’ mouille le jour des noces bin la veille, tu pendrilles ton chap’let su’ la ligne à hardes. Pour le gros feu de 1820, j’cartchule qu’il’ ariont mis leu’ chap’let en tcheuques parts autres pour d’mander d’la p’uie. 1820, çâ c’est moêllement  louonne dans l’passé. On croirait pouonne que parsounne sa’rait rien qu’i’ s’a passé dans c’t’ânnée-là mais c’est point vrai. Le monde en parle encore, cent trente ans après.

 

Cazimir : Veux-tu dire le grand feu qu’avait quasiment toute brûlé Clare ?

 

Zabeth : Ouai, c’est huste çâ. Le grand feu qu’avait toute brûlé, du P’tit-Russeau aux Grosses-Coques. L’histoire nous a ‘té conté de bouche en bouche jusqu’à nous autres.

 

Cazimir : Le Pére Dagnaud et le Pére Sigogne aviont laissé d’l’informâtion itou dans des articles qu’il’ avont écrits su’ les Acadiens.

 

Zabeth : Bin sûr, en 1820, y avait point temps d’habitâtions qu’asteur. C’est supposé que dix-huit familles pardirent toute. Leu’ maison, leu’ grange, leu’ jardin, toute passit au feu. Toute était brûlé rac à tarre. Dix-huit maisons et vingt-trois granges. Tcheu désastre. Y a rinque trois maisons qu’échapirent au feu : c’teule-là à Frédéric Belliveau, c’teule-là à Anselme LeBlanc et ain autre dans l’ch’monne à Patrice Thibodeau.

 

Cazimir : I’ paraît que c’te hournée-là, le 12 de septembre 1820, i’ ventait ain vent à décorner les boeu’. Au coummencement, i’ pensiont pas qu’y avait du danger mais là, le vent changit d’bord pis ça brûlait enragé. C’était coumme ain ouragan. Le monde courait par la côte pour se sauver.

 

Zabeth : Y a ain Noir, ain infirme, qui voulait pas quitter sa cabane. Lui, i’ restait au ras l’église. Là, i’ dit yoùsqu’i’ voulait être mis. Ça fait qu’i’ l’changirent d’endroit, croyant qu’i’ s’rait hors de danger. Mais malheureusement, i’ parit dans l’feu.

 

Cazimir : S’lon l’Pére Sigogne, y a ain p’tit enfant qui pardit la vie dans son berceau itou. Çâ, c’était vraiment triste.

 

Zabeth : Frédéric Belliveau, lui, le monde l’app’lait Tikine. Bin lui, sa maison fut sauvée pis i’ disont qu’c’était ain mirâcle. Il’ aviont d’la foi, c’te monde-là.

 

Cazimir : Les flammes touchirent point à sa maison. Mais en partant, avec sa plusse jeune enfant dans les bras, il avait fait une croix su’ sa maison en disant : « À Dieu la maison, au feu le reste. »

 

Zabeth : C’était ain beau geste à farre pis il avait ‘té récompensé.

 

Cazimir : C’est drôle qu’y avait pas eu d’mirâcle pour sauver l’église et l’prebytare. Les deux bâtisses furent englouties dans les flammes coumme le restant.

 

Zabeth : C’t’église-là, ça faisait pas longtemps qu’alle avait ‘té bâtie, en 1806, j’crois. Les gens d’la Pointe aviont eu leu’ premiére messe dedans en 1808. Ça fait qu’alle était encore toute neuve, c’t’église-là.

 

Cazimir : Pauvre Pére Sigogne, il a’rait dû d’être découragé.  Menoumme, il avait tout pardu, ciboires, patènes, câlisses, toute. Pis à part de çâ, il avait manqué parir lui-même. Pour ain bout d’temps, i’ pouvait pas s’sarvir de sa main drouette. J’crois bin qu’il asséyait de sauver çâ qu’i’ pouvait pis i’ pensait pas trop à lui-même.

Le diable et le cordonnier

Le diable et le cordonnier

Vie et légende de Cy à Mateur

En vente ici... 

 

 

 

 

Qui est Lise Anne Robichaud ?

En septembre 2001, Lise Robichaud a publié son premier livre Le Diable et le cordonnier : vie et légende de Cy à Mateur. Cette œuvre ethnologique était inspirée par son mémoire intitulé Cy à Mateurx : l’homme et la légende, publié en mai 2000 dans le cadre du Bacc ès Arts en français à Acadia Université. Elle avait déjà à son crédit un article dans Le Courrier de la Nouvelle-Écosse ainsi que la chronique Carte Postale de la France sur Capacadie.com. En septembre 2002, la revue Feux Chalins a publié Antoinette de Québec, une saynète qu’elle a écrite entièrement en parlure acadienne. À travers ses œuvres et sa recherche, Lise espère préserver et promouvoir les légendes, les traditions orales et la langue de la Baie Sainte-Marie.

Lise-Anne Robichaud ne s’est jamais identifiée à Évangéline. Elle croit plutôt que Cy à Mateur est un héros plus représentatif du peuple acadien.

La Légende de Cy à Mateur

L'enquête approfondie que je mène sur sa vie depuis presque deux ans a culminé dans la publication de ma thèse "Cy à Mateur: l'homme et la légende" en mai 2000, dans le cadre du Bacc ès arts en français à l'université Acadia. Cette thèse est devenue un livre, publié aux Éditions de la Piquine intitulé Le diable et le cordonnier : vie et légende de Cy à Mateur, le seul livre dévoué à la vie et la légende de cet homme . . .

De plus, le premier livre à dévoiler un grand nombre de détails auparavant inconnus à propos de lui et à présenter une étude complète des nombreuses légendes à son sujet. Généalogie, photos rares, transcriptions en langue acadienne d'entrevues accompagnées d'un glossaire . . . sont qu'un peu de ce qui vous attend dans ce livre.

Recherche Importante

Les curieux ainsi que les passionnés de ce fameux "sorcier Acadien", Cy à Mateur, pourront en découvrir plus avec cet recherche importante. Si vous êtes rechercheurs, généalogues, historiens, ou tout simplement intrigués par cet homme mystérieux, vous allez aimer ce livre! (^_^)